Le chien de Saintonge : un chien disparu

Il avait le « beau chasser » du vrai chien d’ordre (grand chien pur sang), sans ambition, parce qu’il se confiait en son fond, et, en débucher, son dos lui permettait un galop qui le plaçait vite en très bon rang.

Ses origines

Certains lui assignent comme origine le croisement entre le Saint-Hubert Noir et le Saint-Hubert Blanc! Mais s’il n’y a que cela dans sa généalogie… quelle évolution! et, même, quelle métamorphose! car avec deux lignes ancestrales de chiens bas sur pattes, puissants, et plus rustiques que distingués, comment aurait-il pu parvenir à un tel degré de distinction et d’élégance ?

D’autres prétendent qu’il descend du Chien Blanc du Roy. Malgré la différence dans la robe, cette théorie semblerait plus vraisemblable, car les Chiens Blancs étaient des chiens de belle allure et d’une grande distinction, et cela d’autant plus que l’on suppose (non sans raison) qu’il y eut chez les Chiens Blancs certaine infusion de sang de Lévrier.

Au moment de la Révolution, les ultimes représentants de la race se trouvaient chez le marquis de La Porte-aux-Loups. Chiens de loup par excellence, et rapporteurs remarquables, on cite d’eux maints exploits, notamment celui d’un loup attaqué entre Saintes et Blaye, et pris dans le Limousin après une poursuite de trois jours! Malheureusement, l’effectif était trop réduit pour ne pas tomber dans une consanguinité excessive.

Crédit photo :  Léon Crémière (1831/1913) [Public domain], via Wikimedia Commons

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *