L’importance de la queue chez les animaux

Au contraire de ce que l’on pourrait croire, les queues des animaux leur sont très utiles et remplissent des fonctions importantes. A travers les âges, leurs caractéristiques et leur structure se sont adaptées aux besoins de leurs propriétaires. Elles leur servent de support, de gouvernail, de signal d’alarme, d’hélice, de balancier ; elles sont aussi un ornement et un moyen de défense.

Son rôle

Les invertébrés, les animaux dépourvus d’épine dorsale, n’ont pas de queue normalement développée. Mais certains ont un appendice à peu près similaire qui leur est d’une grande utilité. Ainsi l’abdomen de l’écrevisse se termine par une espèce de nageoire à cinq éléments qui lui permet de nager à reculons. Le scorpion peut piquer à l’aide d’un appareil également situé à l’extrémité de l’abdomen, mais n’a pas de queue proprement dite. Il en est de même pour l’abeille. Chez les vertébrés, la queue a une structure distincte. Les poissons, les amphibiens, les reptiles, les oiseaux et les mammifères ont des queues différentes, adaptées à leurs besoins particuliers.

Les queues se sont transformées avec le temps. Jadis l’ancien reptile appelé Ichtyosaure, le « lézard-poisson » des mers, avait une queue charnue semblable à celle du requin. Aujourd’hui, en Nouvelle-Zélande, le plus primitif des reptiles, le tuatara, est doté d’une queue dont la structure a été modifiée. Elle ressemble à celle du crocodile, laquelle est adaptée à la vie dans les régions marécageuses ou semi-aquatiques, où longueur et robustesse sont indispensables pour la nage et la défense.

Les serpents de mer que l’on trouve dans les eaux proches des îles de l’Océan Indien et du Pacifique offrent un autre exemple d’adaptation caudale chez les reptiles. Ils ont un corps long et sinueux mais leur queue, au lieu d’être arrondie, est plate. Quand ils la remuent, elle les propulse dans l’eau.

Beaucoup de serpents font vibrer leur queue sous l’empire d’une excitation. Le crotale, dont le venin est mortel, a une structure cornée, ou cascabelle, au bout de la queue.

Quand il agite vigoureusement celle-ci, un bruit de crécelle se fait entendre, qui conseille aux intrus de se tenir éloignés. Le caméléon de l’Ancien Monde a une queue insolite pour un reptile : comme elle est préhensible, il peut s’en servir pour s’accrocher aux branches.

Le seul lézard venimeux d’Amérique du Nord, l’héloderme ou monstre de Gila, se sert de sa queue pour faire des provisions de nourriture. Pendant ses périodes d’activité, des tissus graisseux s’y forment, qu’il absorbe lorsqu’il est endormi et qu’il jeûne.

D’autres lézards et aussi certaines salamandres ont un appendice caudal capable éventuellement de leur sauver la vie, Quand ils se font prendre par la queue, celle-ci se casse et les libère. Étant resserrée à la base, elle tombe sans aucune conséquence nocive pour l’animal et repousse par la suite. Parfois, quand elle n’est que blessée, une autre pousse, et le lézard a deux queues.

Les queues des oiseaux sont extraordinaires. Certaines ont avant tout un but ornemental. Celle de l’oiseau-lyre en offre un exemple frappant. A la saison de la reproduction, le mâle édifie une sorte de monticule autour duquel il « chante » et danse. Il met en évidence les magnifiques plumes de sa queue en les ramenant en couronne au-dessus de son dos et de sa tête.  Les oiseaux de paradis ont aussi une queue aux plumes splendides. Chez certains oiseaux, les hampes des plumes caudales se sont raidies : elles leur servent d’appui quand ils s’accrochent à la paroi des troncs d’arbres ou à d’autres surfaces verticales. C’est le cas pour le pic-vert et le martinet des cheminées.

On rencontre chez les mammifères toutes sortes de queues utiles. Entre autres, la queue préhensile, qui leur permet de s’accrocher. Les singes du Nouveau Monde appartenant à la famille des Cebidae peuvent se balancer, grimper, faire une quantité d’acrobaties grâce à leur queue préhensile. Les singes de l’Ancien Monde n’ont pas cette faculté.

Quand le castor claque sur l’eau sa queue plate, le bruit avertit ses compagnons qu’il v a danger.  La longue queue préhensile, sans poils, de l’opposum ressemble à un câble solide; elle soutient tout le poids de l’animal quand il s’accroche à une branche d’arbre pour manger des insectes. L’appendice caudal du lémur à la queue annelée est strié d’anneaux alternative- ment blancs et noirs ; il l’enroule autour de son cou quand il se repose pendant la journée. Cette queue-là semble plus décorative qu’utile.

La touffe de poils blancs ébouriffés qui sert de queue au lapin peut paraître inutile, mais ce n’est pas le cas. Lorsque le lapin est poursuivi,  c’est cette boule blanche sans cesse en mouvement que son poursuivant surveille et non son corps proprement dit. De sorte que, si le lapin s’arrête brusquement et s’assied sur sa queue, il semble disparaître à la vue.

La queue de l’écureuil lui est aussi très précieuse. Large, aplatie, touffue, elle lui sert de balancier quand il bondit audacieusement d’un arbre à l’autre.

Le castor et le rat musqué vivent dans l’eau, tout près l’un de l’autre. Leurs habitudes sont à peu près similaires, mais non leurs queues.  Celle du rat musqué est aplatie verticalement dans le sens de la longueur et joue sans doute le rôle de gouvernail quand l’animal nage, mais n’égale pas en vigueur celle du castor. La queue du castor a plusieurs usages : gouvernail quand il est dans l’eau, appui quand il coupe des arbustes assis sur son arrière-train, et signal d’alarme. En l’utilisant pour frapper la surface de l’eau, il prévient ses congénères en cas de danger.

Du point de vue de la puissance, la queue du kangourou dépasse celle de tous les autres animaux. Elle est si vigoureuse que son propriétaire peut prendre appui sur elle pour combattre ses ennemis à l’aide de ses pattes de derrière ! En temps ordinaire, le kangourou se sert de sa queue comme soutien pour s’asseoir ou comme ressort pour bondir.

Les queues plates des poissons contribuent à les propulser dans l’eau. Elles varient considérablement tant par leur aspect que par leur structure et leur utilisation. Par exemple, le renard marin, un requin au caractère redoutable se sert de sa queue (plus longue que le reste de son corps) pour assommer des poissons plus petits et pour se libérer des filets.

Oui, les queues jouent un rôle intéressant et important dans le monde animal.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *